Pause Lecture

Connexion · Inscription  

Recherche

Parapluies
Christine Eddie

Parapluies

Partager ce livre sur
facebook twitter

 

Donner votre avis

 

 

Moyenne du commentaire : 7 sur 10
1 commentaire


Mots clés Aucun tag pour l'instant.

Résumé du livre

La pluie a commencé à tomber le jour où Matteo a disparu.

Jusqu'à son départ précipité, Béatrice ne pensait pas qu'elle aurait besoin d'un gilet de sauvetage. Pour garder la tête hors de l'eau, elle s'accroche à Aisha, une jeune Somalienne qui entre à l'improviste dans sa cuisine à l'heure des actualités. La main dans celle de l'adolescente, elle attend le retour de l'homme avec lequel elle vit depuis quinze ans.

Pendant ce temps, Francesca ronchonne au rez-de-chaussée, Daphnée rêve de rencontrer le docteur Jivago et Thalie trame un plan fabuleux qui lui permettra de retrouver son père.

Entre l'Italie et le Québec, à l'ombre d'un HLM et sous l'oeil bienveillant de Barack Obama, les nuages s'amoncellent. Il pleuvra pendant trente-quatre jours. Le temps de découvrir que les parapluies sont des refuges nécessaires, mais fragiles. Surtout lorsqu'un vent se lève.

Avec l'humour et la finesse qu'on lui connaît, l'auteure des Carnets de Douglas emboîte habilement les destins de femmes flottant entre la certitude qu'on traîne tous en soi un sac de plomb et l'espoir d'une éclaircie.

Ce que Pause Lecture en pense

Le matin de son anniversaire Béatrice constate la disparition de Mattéo, son conjoint des quinze dernières années, sa valise et ses effets personnels sont toujours en place, mais lui n’est plus là. À la recherche d’indices, elle trouve une petite culotte féminine sous le lit. Cette preuve d’infidélité l’amène à chercher dans ses courriels si la jeune femme en question pourrait être l’une de ses étudiantes. Les jours suivants, tout en tentant de se rapprocher de Francesca, sa belle-mère italienne qui habite l’appartement du dessous et ne parle pas français, elle est habitée par l’image vue à la télé d’Aisha, une petite somalienne qui a été lapidée.

Daphnée suit des cours de littérature et son professeur Mattéo la choisit comme assistante. La jeune fille en devient follement amoureuse ce qui l’amène à vouloir régler son problème d’obésité.

Thalie, jeune métisse âgée de dix ans, vit avec sa mère monoparentale. Elle voit un jour une photo de Barack Obama et constate qu’elle lui ressemble beaucoup. Certaine que celui-ci est son père, elle décide d’amasser de l’argent en livrant des journaux afin de pouvoir lui rendre visite.

J’ai été agréablement surprise par la façon dont ces personnages qui n’ont rien en commun en apparence s’entrecroisent peu à peu au fil de ce superbe roman grâce au talent de l’auteure qui trace leur portrait à fines touches, à peine esquissé, mais remplie d’émotions. Il n’y a rien de mélodramatique dans cette histoire, car bien que ce soit la rencontre de solitudes, il y a beaucoup de délicatesse et d’espoir.

À lire absolument pour découvrir l’immense talent de Chritine Eddie.

Suggestions de lecture


Détails

Illustrateur : N/D
Genre littéraire : Littérature > roman
Éditeur : Alto *
Première parution :2011
ISBN : 9782923550657
Nombre de pages : 208 pages
Classement : 4023e
Vues : 2424 fois

Qu'en avez-vous pensé?

Écrire un commentaire et recevez 5 points.

Lecteur PAP42 Juin 2011 Note d'appréciation: 7/10

Ce roman trace le profil de femmes en panne. Panne de l'épouse mal aimée d'un mari professeur, panne d'une enfant sans filiation paternelle; panne d'une autre atteinte d'un cancer; panne de la mère monoparentale; panne de la mamma italienne. Réunies un soir d'anniversaire arrosé par une pluie diluvienne, d'où le titre, elles se sentent solidaires d'une dynamique qui leur permettra de vaincre les épreuves de la vie. Ensemble, tout devient possible. Le roman tient la route grâce à l'écriture joyeuse de l'auteure. Et le ton emprunté n'est pas aux blâmes. Ce sont des battantes en quête d'aval. C'est la facture qui détonne à prime abord. On croirait lire des nouvelles, dont chacune est alimentée par l'une des héroïnes, qui fait part de ses déceptions. Le fil conducteur en serait le professeur, qui se joue des sentiments féminins. Et de fil en aiguille, l'auteure éclaire astucieusement le sentier suivi. On réalise soudain qu'il s'agit de portraits de femmes, dont les liens, plutôt nébuleux, les rapprochent d'une seule réalité : les embûches de vivre au féminin. Bref, c'est un bon roman populaire.


Acheter ce livre

Amazon

Amazon Canada
Amazon France
 

Facebook Twitter Youtube

Suggestions de lecture

Livres

 
Concours

 

 
 
 
 
 
 
 

Plan du site | Accueil | Politique de confidentialité | À propos de Pause Lecture | Abonnez-vous à l'infolettre | Nous joindre

© Pause Lecture 2007-2014 Tous droits réservés
Pause Lecture, le site communautaire des passionnés de livres et de lecture francophone
Site internet et hébergement web par Propulsion PME