facebook twitter youtube instagram

Accueil Infolettre À propos Nous joindre | S'identifier

Pause Lecture

 

recherche avancée

littérature livres jeunesse bandes dessinées documentaires jeux et créatifs cuisine

Nouveautés On a lu Thématiques Auteurs Éditeurs Palmarès

 

La culture autochtone en classe... grâce à la littérature jeunesse!

La culture autochtone en classe... grâce à la littérature jeunesse!

 

 

 

Par Jonathan Goupil

Les maisons d’édition offrent plus d’albums et de livre pour enfants que jamais, leur qualité étant toujours plus élevée. En tant que futur enseignant au primaire, à mesure que je me familiarise avec les ouvrages de littérature jeunesse disponibles sur le marché, je réalise qu’il est facile et amusant de les utiliser pour aborder les notions à enseigner aux jeunes. Que ce soit bien sur le français, mais aussi les mathématiques, les sciences, l’univers social ou l’éthique et la culture religieuse.

 

Certains thèmes sont plutôt difficiles à travailler avec de jeunes enfants. On a qu’à penser au deuil, à l’intimidation ou encore à certains volets moins glorieux de notre histoire. Heureusement, des ouvrages traitent de ces sujets de manière intelligente et amusante. Le premier exemple qui me vient en tête est un album écrit par Mélanie Florence et illustré par Gabrielle Grimard, Les mots volés.

 

Après avoir construit un capteur de rêve à l’école, une petite fille autochtone demande à son grand-père de lui dire un mot dans sa langue maternelle, le crie. Malheureusement, le grand-père ne se souvient plus de sa langue. Il raconte alors qu’à l’enfance, des hommes vêtus de noir l’ont arrachée de sa maison colorée et joyeuse pour l’amener dans un édifice gris et triste, où on lui a « volé » ses mots. Sa petite-fille est vraiment triste d’entendre l’histoire de son papi, réussira-t-elle à l’aider à retrouver ses mots? Cette histoire, probablement fictive, mais représentative de tout un volet sombre de notre histoire, est des plus touchantes. On voudra la relire encore et encore…

 

De la même auteure, mais illustré par François Thisdale, Sans Nimâmâ vient toucher les mêmes thèmes. Une fillette, dont la mère est une des nombreuses femmes autochtones disparues au fil des ans, va grandir sous nos yeux jusqu’à l’âge adulte. Tout au long de ce parcours, on peut lire en parallèle l’horrible histoire de la maman ainsi que ses réflexions, alors qu’elle voit sa fille grandir, du haut des cieux. Encore une fois, certains passages sont difficiles, mais je crois qu’il est important de se rappeler de ces chapitres plus sombres de notre histoire pour ainsi tenter d’éviter de répéter les mêmes erreurs à l’avenir. Fait intéressant, l’auteur nous permet de se familiariser avec quelques mots cris au long de la lecture.

 

Toujours dans le même ordre d’idée, Quand on était seul raconte l’histoire d’une fillette qui se pose plein de questions par rapport à sa grand-mère. Cette dernière, comme dans Les mots volés, a été forcée de vivre et de s’instruire dans un pensionnat autochtone. Comme sa petite-fille est très curieuse, la dame lui raconte son enfance et comment elle est devenue ce qu’elle est aujourd’hui. On peut ainsi voir ce qui advient lorsque deux cultures sont forcées de coexister, pour le meilleur et pour le pire.

 

Ces trois ouvrages permettent d’aborder des notions au programme en vigueur dans le système scolaire québécois. Dans le cadre du cours d’éthique et de culture religieuse, on peut notamment réfléchir sur des questions éthiques, notamment d’« examiner quelques repères d’ordre culturel, moral, religieux, scientifique ou social ». Par ailleurs, on peut utiliser ces albums pour travailler des notions de liberté, d’ordre social ou encore de tolérance. Bien entendu, il est possible de fouiller davantage et de les utiliser de nombreuses autres façons.

 

Ce ne sont que quelques exemples de ce que la littérature jeunesse permet de travailler en classe, tout en offrant un divertissement des plus intéressants par le fait même. Personnellement, l’horrible traitement réservé aux autochtones au fil des siècles est un sujet qui me touche au plus haut point. Cependant, peu importe la pertinence académique d’un album jeunesse, il faut qu’il soit d’abord et avant tout amusant. Dans le cas des trois ouvrages dont il est question ici, c’est un succès sur toute la ligne!

 

 

 

Livres mentionnés

acheter un espace publicitaire

Suivez-nous

Faites partie de Pause Lecture sur
les réseaux sociaux!

facebook twitter youtube instagram

 

Compte

Plan du site Nouveautés Thématiques Auteurs Éditeurs

Propulsion PME

conception Propulsion PME | David Beaudet